#Course à pied

La course à reculons

MERCI, MAIS JE VAIS PRENDRE LES ESCALIERS – THOMAS DOLD SUR LA FASCINATION DE LA COURSE À RECULONS ET DES ESCALIERS

In 2013 Thomas Dold won the China World Summit Wing Hotel Vertical Run in Beijing. Photo: China World Summit Wing

Course en arrière

Avec sept records du monde de course à reculons et 45 titres de champion d'escaliers à son actif, on peut dire que Thomas Dold court après des victoires peu communes.

Avec sept records du monde de course à reculons et 45 titres de champion du monde de course à pied dans les escaliers à son actif, on peut dire que Thomas Dold court après des victoires plus qu'inhabituelles. Dans une interview accordée à Continental GripWorld, il explique pourquoi chaque athlète devrait courir à l'envers de temps en temps, ce qui est si spécial dans la course dans les escaliers, et son lien avec la légende de la télévision allemande Thomas Gottschalk.

Thomas Dold, merci d'avoir pris le temps de nous appeler dans un délai aussi court. Vous êtes dans le train en ce moment ?

C'est exact - je suis en route pour faire un stage à Francfort. J'ai une autorisation spéciale pour courir dans la Main Tower, qui est le plus haut gratte-ciel d'Allemagne - il fait environ 200 mètres de haut. La cage d'escalier de la tour est parfaite pour l'entraînement. Ce sont mes escaliers préférés - 52 étages et un millier de marches que j'ai montés des milliers de fois.

Thomas Dold is one of the world’s most successful athletes. He holds seven world records in backwards running and a total of 45 first-place finishes in stair running. Photo: Marcel Meister Né en 1984, Thomas Dold est l'un des plus grands athlètes du monde. Il détient sept records du monde en course à pied à l'envers et un total de 45 premières places en course à pied dans les escaliers, dont sept victoires lors de l'épreuve d'élan de l'Empire State Building à New York - et il a quand même trouvé le temps de terminer un diplôme en économie. Aujourd'hui, Dold travaille comme entraîneur de cadres, organise des séminaires sur le comportement pour les entreprises et sert d'entraîneur de course pour les coureurs professionnels et amateurs. Photo : Marcel Meister

Vous vivez à la campagne. Ça doit être dur là-bas avec si peu de tours...

Oui, on peut dire ça (rires). Si je vivais dans une grande ville, ce serait certainement mieux pour la formation et cela faciliterait beaucoup de choses. Il y a une longue volée de marches près de chez moi, dans un vignoble. Il y a 90 mètres jusqu'au sommet, et c'est un sacré entraînement pour y arriver ! Mais en vérité, on ne peut s'entraîner que pour monter de vrais escaliers dans un bâtiment. Les escaliers y sont plus raides, plus longs et plus hauts. Le but est de mettre vos chaussures de course et de voir combien d'étages vous pouvez monter à votre rythme. Et pour ce faire, j'ai besoin d'une cage d'escalier comme celle de la Main Tower.

Vous détenez sept records du monde en course à pied à reculons et avez remporté 45 victoires en course à pied dans les escaliers. Qu'est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans ces deux disciplines ?

J'ai grandi dans les contreforts de la Forêt-Noire. Et dans la Forêt-Noire, nous avons des montagnes. C'est donc là que j'ai commencé à courir. En 2003, j'ai essayé de courir à reculons pour la première fois, et j'ai tout de suite accroché. Quant à la course dans les escaliers, c'est arrivé, en quelque sorte. J'avais 18 ans et je cherchais de nouveaux défis.

Aidez-nous à comprendre à quoi ressemble une course d'escalier. N'est-ce pas un peu claustrophobe de courir dans un escalier étroit avec des dizaines d'autres coureurs ?

La plupart des cages d'escalier sont en effet un peu étroites, du moins pour organiser une course. Il n'y a jamais vraiment assez de place pour que deux personnes puissent courir l'une à côté de l'autre. À New York, où j'ai gagné le plus de courses, 100 personnes se précipitent simultanément vers la première marche. Et pour entrer dans la cage d'escalier, elles doivent toutes passer par la même porte - qui est juste votre porte normale, de taille moyenne. Il y a donc bien sûr un goulot d'étranglement. Tout le monde se presse, l'un après l'autre, comme pour passer par le trou d'une aiguille.

In 2013 Thomas Dold won the China World Summit Wing Hotel Vertical Run in Beijing. Photo: China World Summit Wing

De plus, chaque escalier est conçu différemment. Comment cela affecte-t-il votre stratégie de course ? En avez-vous une au moins ?

En fin de compte, la meilleure stratégie consiste généralement à essayer de courir vers le sommet aussi vite que possible. Ce qui vous donne un avantage, ce n'est pas la connaissance que vous avez du bâtiment, mais ce que vous apprenez par expérience.

 

Quand vous regardez les escaliers maintenant, les voyez-vous comme un moyen normal de se déplacer dans un bâtiment ? Ou, lorsque vous êtes en vacances à Paris, ressentez-vous l'envie de monter à la tour Eiffel en un temps record ?

Bien sûr, je vois les escaliers différemment. Beaucoup de gens associent les escaliers à l'effort. Et moi aussi, mais aussi aux moments de bonheur. Il m'est donc plus facile de prendre les escaliers plus souvent. Je n'ai pas de barrière mentale pour m'en empêcher. C'est un avantage, mais c'est un avantage que tout le monde peut apprendre. Chacun peut décider de dire - peu importe le nombre de marches à monter - merci, mais je vais prendre les escaliers ; je vais faire un peu d'exercice. De toute façon, les ascenseurs sont trop lents. Le temps qu'ils arrivent et s'arrêtent à chaque étage, j'ai déjà monté les escaliers pour aller où je veux. Et j'ai fait un peu d'exercice aussi. Mais personnellement, je n'ai pas l'impression de devoir monter chaque étage en courant. Je n'aurais aucun problème à monter les escaliers de la Tour Eifel à un rythme tranquille !

Thomas Dold training in the stairwell of the Main Tower in Frankfurt. Thomas Dold s'entrainant dans les escaliers de la Main Tower à Frankfort. Photo: Marcel Meister

Parlons de la course à reculons. Votre première course était lors du championnat allemand et sans préparation - et vous avez gagné ! Comment est-ce possible ? 

C'était assez spontané. Je me suis entrainé une seule fois, juste pour voir comment la course en marche arrière fonctionne. J'ai fait la course dans la catégorie "Femmes et enfants". J'étais très rapide et j'ai terminé en 4 minutes et 7 secondes. 

Généralement le gagnant de la course en pro est également le gagnant toute catégories confondus. Or le coureur pro était 6 seconds plus lent. Les organisateurs n'arrivaient pas à y croire. Soudainement je suis devenu le champion allemand. Aujourd'hui, je cours chaque kilomètre d'une course de 10 km à une vitesse moyenne de 20 secondes plus rapide. Mon record du monde pour un kilomètre est de 3 minutes 18 secondes.

Thomas Dold works on his backwards running. Photo: private

Beaucoup d'athlètes sont déterminés à battre des records, et ils ne sont pas les seuls. Pourquoi l'idée d'être le meilleur obsède t-elle à ce point ?  

Je pense que c'est un désir humain de base. Si nous n'étions pas poussé par l'envie de continuer à s'améliorer , notre civilisation aurait été bien différente aujourd'hui. Nous serions probablement encore en train de se déplacer à quatre pattes.

Cette motivation à devenir meilleur se voit d'autant plus chez les enfants. Je pense que certains adultes perdent cet entrain. Il y a également des facteurs externes. A de nombreux évènements sportifs j'ai pu constater que chaque participant obtient une médaille, enfants et adultes.  C'est formidable, bien sûr, quand tout le monde a sa médaille et son certificat. En revanche, si seuls les premiers, deuxièmes et troisièmes rangs reçoivent une médaille, ces médailles sont plus appréciées. L'aspiration à réaliser quelque chose de spécial et à être récompensé pour cela est une chose que tous les êtres humains partagent. Et la capacité de continuer à s'améliorer est extrêmement utile, non seulement dans le sport, mais dans tous les aspects de la vie.

En 2008 vous avez vécu une expérience très inhabituelle. Dans l'émission de télé allemande  “Wetten, dass…” (“vous voulez parier ? ”), animé par Thomas Gottschalk, vous vous êtes heurté à un "constructeur", un alpiniste urbain. René Gabris a escaladé l'extérieur d'un gratte-ciel alors que vous montiez les escaliers à l'intérieur. A la fin, votre adversaire vous a battu de 3 secondes et vous avez dû faire face à la défaite devant un public de millions de personnes...

Ce fut ma plus belle défaite et une une expérience passionnante. D'une part, c'était  l'un des défis les plus élaborés que l'émission n'ait jamais organisé. Mon adversaire   a reçu plus de 56 % des votes des téléspectateurs pour le meilleur pari de l'émission, ce qui montre bien le concours que nous avons offert au public. Et après tout, "Wetten, dass..." n'était pas une émission sportive, mais une émission de variétés, et Thomas Gottschalk est une légende en Allemagne. Donc, au bout du compte, gagner n'était pas l'aspect le plus important de l'expérience pour moi. Personnellement, cela a été plus important lorsque j'ai gagné une course à Singapour la semaine suivante. L'émission de télévision était tout simplement très amusante.

Et quand ferez-vous votre première course d'escalier à l'envers ?

(Rires) Je cherche toujours désespérément un entraîneur et je règle les problèmes à ma manière. Blague à part, la course à reculons n'est même pas anatomiquement possible ! Pas à un niveau compétitif, du moins. Il faudrait se tenir sur la pointe du pied tout en levant le talon vers l'étape suivante. Ce serait un suicide à grande vitesse.

En lien avec cet article :